Entretien avec Gwendal Lemercier
interview accordée aux SdI en février 2012


Bonjour et merci de vous prêter au jeu de l'interview...
Question préliminaire : êtes-vous farouchement opposé au tutoiement?

Ah non absolument pas: d'ailleurs la plupart des personnes qui laissent des messages ou commentaires sur mon blog tutoient et c'est très bien ainsi : en outre il arrive souvent qu'on se croise un beau jour durant un festival bd ...

Peux-tu en quelques mots nous parler de toi (parcours, études, âge et qualités, passions, numéro de carte bleue ou de comptes numérotés en Suisse…)?
Oui smiley : je fais partie de la génération issue de 1977 : je découvre le dessin proprement dit assez tardivement au collège et cela me conforte dans l'idée de poursuivre dans cette voie en rejoignant la section art appliquée de Brest au lycée: je m'y passionne pour le design et l'architecture : ce qui me conduira à un BTS designer / graphiste puis vers les Beaux Arts. S'est constitué à ce moment là à Brest un collectif d'étudiants qui possédaient la même passion : la bd et l'illustration… Du coup, participant au fanzine le violon dingue je me vois bientôt confronter à différents projets d'illustrations et de projets autour de la bd : j'ai poursuivi parallèlement ma passion pour la peinture pour y développer des thèmes aussi variés que le steampunk , la mythologie arthurienne, celtique et nordique. Il y a eu de nombreuses expos et des rencontres intéressantes : on réalise souvent des collaborations artistiques grâce à cela!

 ©Gwendal LemercierEnfant, quel lecteur étais-tu? La BD occupait-elle déjà une place de choix?
je dévorais les bibliothèques auxquelles j'accédais : surtout la bande dessinée mais j'étais également féru de romans fictionnels ou de science fiction : je ne l'ai découvert bien sûr que bien plus tard mais comme pour chacun c'est à ce moment là que ce sont forgés chez moi des univers très spécifiques et l'envie de les visiter, de les découvrir plus avant .. La fantasy m'a ouvert à davantage de fantastique et donc de possibles en terme de réalisations graphiques : je crois qu'aujourd'hui je me penche davantage vers des parties plus précises de l'Histoire… Même si mes derniers travaux traitent de l'histoire des paquebots, ou de Durandal, d'autres thème commencent à graviter autour : comme l'étude du peuple Viking ou les grandes explorations du monde maritime... J'ai travaillé un temps également sur l'univers médiéval japonais et je me passionne depuis peu sur les mayas… Finalement les projets que l'on met en chantier, qu'ils soient réalisés en peinture ou en planches bd nous amènent à compléter un grand puzzle : la compréhension d'une partie de l'histoire du monde qui nous passionne

 ©Gwendal LemercierDevenir auteur de BD, étais-ce un rêve de gosse ?
Pas tout à fait : je n'ai pas eu cette ambition enfant : je ne m'y refusais pas mais je crois que c'est devenu concret seulement à la fin de mes études : je me suis rendu compte que c'était possible en faisant... Pour ce qui est de la motivation, elle a toujours été là : puisque tous les auteurs que j'ai lu ou admiré me donnaient systématiquement l'envie de faire comme eux ! J'étais sensible à certains styles et avec le temps cela s'est affiné : c'est vrai que le plaisir du dessin est un bon moteur pour réaliser des projets ! De ce fait, je me suis vu travailler dans différentes directions avec diverses techniques pour déterminer ma propre signature graphique ou une manière de raconter qui me corresponde.

En 2003 paraissait Hantise, premier recueil des Contes de l'Ankou, collectif dans lequel tu as mis en image 2 histoires. Comment est née cette aventure?
Je venais de signer un contrat avec Delcourt sur la Série les contes des hautes terres créée par Guillaume Sorel et Matthieu Gallié. La collaboration que nous avons entamé à ce moment-là, m'a permis de signer dans le même temps la série les contes de l'Ankou aux Editions Soleil qui se faisait également avec Guillaume Sorel… Je travaillais mes planches en couleur directe, chose que j'ai limité par la suite pour faire progresser mes encrages en noir et blanc. Ces débuts étaient vraiment enthousiasmants! Je sais que j'ai eu cette chance de parfaire des moyens picturaux ou graphiques au travers de projets bd collectifs.

 ©Gwendal LemercierQuels sont les grandes joies et les grandes difficultés du métier de dessinateur de BD?
Il faut s'accrocher c'est ce que vous diront tous les dessinateurs : ce qui veut dire que la difficulté est toujours présente mais aussi l'envie de se dépasser et de progresser qui ne permet pas d'être trop tendre avec la vision que l'on a de son propre travail. Mais plus il y a de difficultés à réussir un objet plus, on apprécie le résultat … C'est vrai qu'il m'a fallu apprendre la patience ....

Ta technique de dessin semble avoir évolué depuis tes débuts. Quelles furent sur ton dernier album (La marche de Bretagne, troisième tome de Durandal), les différentes étapes de ton travail? Serait-il possible de les visualiser pour mieux comprendre ta façon de travailler?
Il s'agit d'organiser son temps autour des différentes étapes en effet : la préparation des story boards (qui semble très approximatifs) au dessin qui s'affine sur le crayonné des planches au propre. Mais cette étape apporte souvent également une autre vision de l'ensemble : le placement des bulles la place qu'occupe véritablement le texte et l'architecture générale de la planche. Cette construction modifie souvent des détails des cadrages et, selon la nécessité, un débord de la case ou une ouverture complète du plan. Nicolas Jarry et moi faisons des choix stratégiques à des moments clés de l'album pour offrir des visuels qui retranscrivent le mieux possible l'univers dans lequel nous évoluons.

 ©Gwendal LemercierQuelle étape préfères-tu dans l'élaboration d'un album?
Aaaa.. Très difficile question puisque je les apprécie toutes. Je peine un peu sur les crayonnés. Par contre le moment de l'encrage m'offre de grandes libertés. Je me laisse conduire par les différents choix encore possible de l'étape crayonnée. Le story board est une étape magique où l'on est le 1er spectateur du déroulement de l'histoire dessinée et définie en cadrage...Non ,vraiment cela m'est difficile de choisir ...

Comment abordes-tu généralement l'élaboration de l'apparence des personnages auxquels tu donnes vie?
Là je m'inspire réellement du texte : il y a toujours une logique dans les personnages mentionnés, leur caractère et l'histoire : j'essaie au maximum de respecter le contenu du scenario et souvent même si des stéréotypes apparaissent on parvient à définir assez justement l'ensemble. Certains personnages trouvent leur formes plus facilement : comme Turpin par exemple ; je lui trouve du caractère et beaucoup de potentiel. Il reste un personnage auxiliaire mais sa participation est toujours intéressante.

 ©Gwendal LemercierQu'est ce qui a motivé la création de ton blog?
Je trouvai que c'était l'interface la plus adaptée à une publication logique de mes travaux : cela permet de conserver un suivi avec le rythme des productions : il faut dire que je m'éparpille beaucoup : enfin cela reste assez concret au bout d'une semaine de travail... du coup je constate moi-même les évolutions ou les directions pour lesquelles j'opte.

Sur quel(s) projet(s) travailles-tu en ce moment?
Sur le tome 4 de Durandal bien sûr et je prépare un ensemble de travaux (en partenariat avec la ville de Brest ) sur la fête maritime Brest 2012 : les visuels seront agrandis et visibles aux entrées de la ville pour l'ensemble des automobilistes.

Quels sont tes derniers coups de cœur, tous médias confondus ?
Pour ce qui est de la lecture, j'ai dévoré le dernier livre de Sylvain Tesson,dans les forêts de Sibérie: une bonne dose d'évasion dans le froid, le silence et la solitude ; un livre extrêmement bien écrit qui fait partager une expérience rare...
L'artbook rebus de James Jean n'a cessé de m'interroger depuis sa sortie : j'aime la manière dont cet artiste crée et se renouvelle …
Pour citer un des dernier film qui m'a ouvert l’esprit, je peux parler des évadés du goulag revu par Peter Weir dans les chemins de la liberté : une véritable épopée pour la survie, une confrontation des héros à la nature

 ©Gwendal LemercierY a-t-il une question que je n’ai pas posée et à laquelle tu souhaiterais néanmoins répondre ?
Pour ce qui est des projets futurs peut-être : je peux parler d'une envie particulière, celle d'étendre mon travail sur l'art nouveau et d'y édifier un projet fondé sur l'écologie… Mais bon c'est un vœu pieux et le temps manque ...

Pour finir et afin de mieux cerner ta complexe personnalité, voici un petit portrait chinois à la sauce imaginaire…

Si tu étais…
un personnage de BD : le Marquis d'Anaon
un personnage biblique : Abel
un personnage de roman:le Capitaine Nemo
un personnage de cinéma : le commandant Ramius dans octobre rouge
un instrument de musique : un violoncelle
un groupe de musique : Archive
un jeu de société : le jeux d'échecs
une recette culinaire : noix de st jacques a la crème d'échalotte
une ville : Brest
une boisson : un whisky écossais
une pâtisserie : un fondant au chocolat


Un dernier mot pour la postérité?
héhé ! J'espère que la bande dessinée a de beaux jours devant elle !

un grand merci pour le temps que tu nous as accordé !
Merci également.

 ©Gwendal Lemercier
Le Korrigan